Mes dernières chroniques :

vendredi 18 juillet 2014

Pure blood boyfriend, tome 1 d'Aya Shouoto



Résumé :
Kana, une élève du lycée Sainte Agathe, voit son destin changer du jour au lendemain lorsqu'elle croit apercevoir dans la cohue son ami d'enfance perdu de vue depuis longtemps : Aki. Cette rencontre bouleverse sa vie lorsqu'elle apprend que ce dernier est un vampire...

Mon avis :
Justement j’ai découvert Kiss of rose Princess de cette mangaka et comme j’ai adoré, je voulais découvrir sa nouvelle saga Pure Blood Boyfriend qui parle de vampire.
J’avoue n’être pas tellement compliqué en manga, je pense que certaines personnes vont parle de Twilight ou alors The Vampire Diaries, certes, Aki est un vampire et Kana une humaine…
Bref, personnellement j’ai passé un bon moment, je ne me suis pas d’autre livre en tête en lisant ce manga donc j’ai apprécié l’histoire.

Kana est une fille mais c’est un garçon manqué, elle n’a pas de poitrine, ses cheveux sont courts – d’ailleurs au début du livre je croyais que c’était un garçon – Aya Shouoto a très bien su retransmettre son envi que Kana ressemble à un garçon. Elle aime faire plaisir et n’ose pas dire non, du coup, elle est inscrite à presque tous les clubs de son école.
L’histoire d’amour arrive très vite, d’ailleurs, on voit arriver le triangle amoureux aussi rapidement. Après, Kana ne proteste pas, elle accepte le fait d’être « esclave » facilement…

C’est vrai qu’il y a des défauts dans ce manga, mais tant qu’il m’a fait passer un bon moment c’est l’essentiel. De plus, je trouve les dessins très beaux, les personnages, les mimiques, les expressions sont très bien travaillés.
Aya Shouoto nous amène petit à petit dans son univers, l’histoire s’installe doucement, pas tellement d’actions mais vu que c’est plus de la romance ça ne m’a pas dérangé. Ce qui est sur, c’est que je vais continuer cette saga, j’ai envie de plus connaître Aki, vu que c’est un vampire, j’espère qu’Aya Shouoto va développer sa mythologie des vampires pour en apprendre plus.

Je tiens à remercier Babelio et les éditions Kurokawa pour cette découverte.

0 commentaires:

Publier un commentaire